Nos recettes

Alimentation anti-inflammatoire : mode d’emploi

Comprendre l’inflammation

En soi, l’inflammation n’est pas nocive pour l’organisme. Elle est même une réaction naturelle de ce dernier face à une agression extérieure (virus, bactérie, lésion, blessure…). L’organisme déploie localement une armada de cellules pour détruire l’agresseur, avant d’entamer le processus de guérison. L’inflammation est donc une réponse défensive, et se manifeste par des rougeurs et un gonflement de la zone inflammée, qui est aussi douloureuse et anormalement chaude. En interne, si un organe est touché, cela peut causer son dysfonctionnement.
En temps normal, l’inflammation dure quelques jours, mais parfois la réaction persiste, on parle alors d’inflammation chronique et le système immunitaire se doit alors d’intervenir. Or, sur le long terme, cela peut favoriser de nombreuses maladies inflammatoires (diabète, cancer, psoriasis, arthrose…), et s’avérer délétère pour notre corps. 

Autre point important, l’inflammation chronique est fortement corrélée à notre vie actuelle. Le stress, la pollution, le manque de sommeil, mais surtout notre alimentation, sont autant de facteurs qui nourrissent la maladie. Mais, si l’alimentation est le problème, elle peut également devenir le remède. 

Combattre l’inflammation grâce à l’alimentation anti-inflammatoire

Pour simplifier, cette diète encourage la consommation d’aliments anti-inflammatoires, et limite ceux susceptibles de favoriser l’inflammation. Dans cette dernière catégorie, on retrouve des produits avec un index glycémique élevé ; riches en mauvaises graisses ; ultra-transformés ; les produits laitiers ; la viande ; les édulcorants et certains additifs alimentaires. En somme, des ingrédients dont la digestion a tendance à sursolliciter nos organes. 

Dans la famille des bons élèves, on retrouve les aliments riches en antioxydants, vitamines, oméga 3, probiotiques et fibres. En pratique, cela signifie qu’il faut faire la part belle aux fruits et légumes, céréales complètes, poissons gras, légumineuses, oléagineux, graines, huile d’olive extra-vierge, d’avocat, de noix, de chanvre, ou de lin, ainsi qu’aux aromates et épices. Côté boisson, on aura tendance consommer de l’eau et du thé. Le café, bien qu’il soit aussi anti-inflammatoire, est à limiter, à cause de ses propriétés excitantes. 
Assez similaire au régime méditerranéen, l’alimentation anti-inflammatoire accorde aussi beaucoup d’importance à la qualité des ingrédients. De préférence, on choisit donc des produits frais, bio si possible, non transformés et on favorise les cuissons douces (vapeur, en papillote…) qui préservent les nutriments sans les charger de toxines. Enfin, mieux vaut s’équiper d’ustensiles adaptés, ne contenant pas de perturbateurs endocriniens. La fonte, l’inox et le verre sont ainsi à privilégier, plutôt que le téflon ou le plastique. 

Aussi, on note que l’alimentation anti-inflammatoire n’est pas un régime strict, mais plutôt un ensemble de bonnes habitudes alimentaires à adopter. Des écarts sont donc possibles, et l’objectif n’a rien à voir avec une perte de poids, même si cela peut aider. En revanche, il est certain que ce type d’alimentation apportent de nombreux avantages pour notre santé. 

Les bénéfices de l’alimentation anti-inflammatoire

Non seulement l’alimentation anti-inflammatoire permet de prévenir et réduire les inflammations chroniques, mais elle favorise la bonne santé de notre flore intestinale, est rassasiante, anti-âge, tout en protégeant notre système immunitaire. En clair, elle ne peut qu’être bénéfique à notre organisme et convient à tous·tes. Le site de la Harvard Medical School affirme même que « les médecins apprennent que l’une des meilleures façons de réduire l’inflammation n’est pas dans l’armoire à pharmacie, mais dans le réfrigérateur ».
Plus récemment, des études se sont intéressées à ces effets sur l’endométriose, particulièrement pour soulager les crises. Cette dernière, en limitant l’inflammation, réduit l’expansion des lésions et les troubles digestifs provoqués par la maladie. De nombreuses patientes ont ainsi vu leur confort de vie s’améliorer, après avoir adopté une alimentation anti-inflammatoire. 

Alors, on s’y met ?

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Back to top button